Plusieurs mois après le licenciement d’une centaine de salariés d’Eurofoil,

leur reclassement en est désormais à mi-chemin.

Le 22 janvier 2015, Eurofoil, l’usine d’aluminium située à Rugles, validait la suppression de 104 postes. Les salariés visés sont alors passés sous un contrat de sécurisation professionnelle (CSP). Pendant un an, ils perçoivent une allocation égale à 80 % du salaire journalier de référence, le temps de retrouver un emploi.

Une procédure de reclassement a alors été engagée en juin 2015. A l’heure actuelle, 79 personnes ont été licenciées, dont 54 sont suivies par le cabinet Anthéa, spécialisé en conseils RH au niveau national. L’adhésion de ce reclassement étant basé sur le volontariat, certains ont refusé, faisant valoir leur doit à la retraite par exemple. « Les salariés protégés n’ont pas encore été licenciés », prévient également Anne Combes, chef de projet au sein d’Anthéa.

Signaux positifs

Environ 6 mois après le début de la mission, et à mi-parcours, celle qui pilote la procédure s’estime « confiante » sur sa bonne issue.

« Certains salariés ont retrouvé un emploi, souvent en contrat court pour commencer, d’autres ont créé leur entreprise, et plusieurs sont en reconversion et en montée de compétences, détaille-t-elle. Les salariés sont mobiles et veulent travailler, ce sont des signaux positifs, car ce n’est pas le cas partout. En plus, le territoire est dynamique et  tous les moyens nécessaires ont été mis en place pour favoriser l’emploi. »

Illustration avec le forum de l’emploi qui s’est tenu le 8 octobre dernier à Rugles. Pour l’occasion, Anthéa avait préparé les ex-Eurofoil pour les visites d’entreprises l’après-midi.

Autre exemple, la réunion de juillet 2015 qui a réuni une dizaine de chefs d’entreprises du secteur, organisée par le service économie de la Communauté de Communes des Pays de L’Aigle et de la Marche, en partenariat avec l’Association des Entrepreneurs des ZI n°1, n°2 et n°3 de L’Aigle, Pôle Emploi et la CCI Territoriale. « C’était très positif, se rappelle Anne Combes. Il y a des entreprises qui ont du mal à recruter, et cela aide à rencontrer les dirigeants, faire le lien avec les salariés… »

Trouver les entreprises qui recrutent, rendre les personnes autonomes pour leur recherche d’emploi, les accompagner, proposer des formations en cas de besoin, ce sont les différentes missions d’Anthéa RH conseils.

A la fin de l’accompagnement par le cabinet, si les salariés ne sont malheureusement pas reclassés, ils devront s’inscrire à Pôle Emploi pour continuer leurs recherches. « Notre but c’est de faire le maximum pour leur donner tous les outils », conclut Anne Combes, qui n’a plus que quelques mois pour cela.

Article de Raphaël Hudry (Le Réveil Normand)

Source : Rugles. Eurofoil : où en est la procédure de reclassement ?